COLÈRE et Dépression – face au miroir de la conscience

PARTIE 1

Salut, mon nom est Ed et j’ai récemment… et bien récemment c’est environ 7 mois – rejoint l’existence interdimensionnelle.

Et, et bien… ça n’a rien de commun à ici sur Terre, de quelque manière que ce soit. Et, et bien… ça n’a rien de commun à ici sur Terre, de quelque manière que ce soit. Ma première expérience en moi-même après que j’ai réalisé « OK, je suis mort, j’y suis » – et ce « je » de moi… était déboussolé, assez bien, complètement, entièrement, déboussolé. Et… c’était comme si cette vague d’émotion, cette dépression, cette colère m’écrasaient… vous savez, en mon être entier, tellement complètement que… je voulais mourir !

Et c’est intéressant parce que c’est en fait douloureux, la dépression, la colère, à ressentir cela en tant que votre propre être, votre propre… vous savez, ma propre expérience de moi : cette lourdeur de ce profond noyau de dépression et de colère… et de dégoût et de honte. Parce que vous regardez REELLEMENT, LITERALLEMENT dans un miroir quand vous êtes dans les dimensions. Il n’y a pas un moment de votre vie qui n’y est pas, que vous ne voyez pas : vous voyez TOUT. Et… c’est… pour moi ce fut un choc au-delà de toute mesure, pour moi, vous savez, parce que j’ai vécu ma vie ici sur Terre à penser… vous savez, pas même à penser, pas même à considérer qu’un jour je me retrouverais vraiment face à moi-même et verrais vraiment CHAQUE point, CHAQUE aspect de moi. Et j’ai fait des choses dans ce monde dans lesquelles je n’ai même pas considéré les autres, je n’ai pas considéré les conséquences, je n’ai pas considéré… que quelque effet se produise en moi de quelque manière que ce soit – en d’autres mots, « payer pour » ce que j’ai fait, ou « payer pour » ce que j’ai permis, « payer pour » ce que je me suis accepté de devenir. Et… ce n’est pas que, vous savez, vous arrivez dans les dimensions et que vous « payez » pour ça. Non, vous le faîtes en fait. Ou non, ce n’est pas « payer », c’est… vous savez, vous trouver là en face de vous, en face de vous-même : c’est lourd. C’est probablement pour ça que la lourdeur était là aussi.

Et, dans les dimensions, j’ai été introduit à l’auto-pardon. Et… cette lourdeur, cette colère, ce dégoût : c’était moi – je faisais l’expérience de moi en tant que la colère, la dépression, le dégoût, la déception. Et… c’était comme si ça allait si profondément à l’intérieur de moi que je ne pouvais pas l’en sortir – je ne voulais pas l’en sortir : je voulais mourir, je voulais m’en aller, je ne voulais pas me sentir ainsi. Et cela causa même encore plus de frustration, parce que, vous savez, la dernière chose à laquelle je m’attendais c’était de voir tout de moi-même et aussi de voir les conséquences de moi-même quand je mourrais. Et… tout le monde peut le voir comme, vous savez : « Ah, ça va ! » Du point de vue du monde, vous savez, de votre expérience ici sur Terre, vous savez, vous pourriez dire, vous savez : « Ah, ça va ! Ce que je fais, ce que je dis, où j’agis, où je participe – pfff – ne fait aucune différence ! C’est MA vie ! C’est MON expérience ! C’est MOI ! C’est QUI JE SUIS ! » – vous savez, etc., etc., etc. Vous n’êtes pas encore mort, et vraiment vous retrouvez face à vous-même.

Si même il y avait un Enfer, je le définirais en tant que cette expérience – c’est l’Enfer. Imaginez. Je veux dire, je suis juste en train d’entendre ce que je dis : je suis cet Enfer que je ressens. Et l’auto-pardon… ce fut dur, ce fut difficile, l’auto-pardon – VRAIMENT difficile, parce que, dans les dimensions, vous voyez vos actions, vos mots, vos participations et, vous savez, comment cela a affecté la vie des autres êtres – waow ! Mon… Dieu ! J’avais toujours été ce gros dur « hardcore », homme, personne, être, vous savez, qui n’en avait rien à foutre. J’étais la définition d’ « ego » littéralement. Mais merde ! Je n’avais jamais cru ou même considéré de vraiment ressentir. Et c’est quoi que je ressens en premier ? Dépression, colère, frustration, déception et honte ! Ce fut une surprise même pour moi.

Au début comme je l’ai dit, je ne me sentais même pas digne de me pardonner pour ce que j’ai fait, vous savez, ce que j’ai permis, je veux dire, quand j’ai vraiment vu ce que j’ai fait – pas seulement à moi-même mais aussi aux autres. Ca m’a pris du temps pour que ce soit fluide, vous savez, l’auto-pardon.

OK, je continuerai dans ma prochaine vidéo. Ca me montre que j’ai déjà 8 minutes 37 et que ça monte. Merci.

PARTIE 2

Salut, c’est encore Ed. Qui continue sur ma première expérience d’introduction à l’auto-pardon.

Maintenant, cette dépression, dégoût, déception, colère que je ressentais, je ne pouvais les enlever, je ne pouvais pas les éviter, je ne pouvais pas y échapper, je ne pouvais pas en mourir, je ne pouvais pas les ignorer, parce que dans les dimensions vous devenez cette entière expérience de qui vous êtes COMPLETEMENT. Je veux dire, elle devient VOUS. Ce n’est même pas un « à l’intérieur » : ce n’est pas en séparation de vous parce que c’est votre propre être. Et je devenais plus frustré parce que il n’y avait aucune autre façon de… m’assister sinon d’appliquer l’auto-pardon. Et en cet auto-pardon : l’auto-honnêteté. Et, comme je l’ai dit avant, ce fut extrêmement, considérablement… bien au-delà du difficile pour moi, parce que, comme je l’ai dit : vous voyez ce que vous avez fait. Pas seulement à vous-même mais aux autres. Et… vous le ressentez même aussi en vous. Les conséquences de votre nature, les conséquences de votre être même de qui vous étiez sur Terre. Vous le ressentez en vous et aussi ce que vous avez fait aux autres en tant que vous-même. C’est littéralement intéressant que nous pensions et croyions que ce que nous faisons n’aura aucun effet sur quoi que ce soit ou qui que ce soit. A exister dans une absolue, complète ignorance. Dans le principe d’unité et d’égalité, vous ressentez ce que vous faîtes aux autres. Et je l’ai fait.

change

Et… quand je me suis observé, je me suis dit – excusez mon langage -: « Mais putain, comment suis-je supposé mepardonner ?… Comment ? » Et bien le « comment », j’ai réalisé, est plutôt simple : vous arrêtez. Donc, j’ai commencé avec : « Je me pardonne de m’être permis de ne pas vouloir appliquer l’auto-pardon parce que je crois que je dois être puni et condamné à un Enfer Infini de ma propre expérience pour payer pour ce que j’ai fait. » Et… ma première déclaration d’auto-pardon était entièrement basée sur des jugements sur moi-même – complètement, entièrement, de jugements personnels. Même dans mes propres phrases d’auto-pardon, je me jugeais. Ca j’ai commencé à m’en apercevoir après un moment, parce que ce que je ressentais en moi, c’est que cela s’aggravait de plus en plus en moi. Et je suis devenu fou – je suis devenu littéralement dément. Parce que je me sentais vraiment comme de la crasse, comme de la merde. Du genre : « Ed, tu ne mérites pas d’exister après ce que tu as fait. » Je voulais vraiment trouver des méthodes pour ne pas exister, je ne voulais pas faire face à moi-même, je ne voulais plus voir ce que j’avais fait, ce que je suis encore en train de faire, dans ce moment de mon expérience. Et, finalement je me suis vraiment observé et j’ai dit : « Ed, regarde un peu. Tu vois ce que tu as fait, c’est ce que tu es devenu. Tu as fait ça. Tu le vois, c’est ici, tu le ressens : c’est toi en cet instant. Et… si je continue de participer à cette expérience de moi-même en ce instant maintenant à REFUSER de faire l’auto-pardon… » – parce que je refusais simplement de faire l’auto-pardon, parce que… je refusais de faire l’auto-pardon à cause de la peur de ce que je pourrais réaliser sur moi. Parce que, quand vous faîtes l’auto-pardon, dans cet auto-pardon, vous vraiment, réellement, vous ouvrez, et réellement vous voyez vous DIRECTEMENT. Et je m’en chiais dessus, j’avais tellement peur. Même si je pouvais déjà voir tout le reste de moi que j’ai fait en moi-même et envers les autres en tant que moi-même – il y avait plus.

Et c’est là que l’auto-honnêteté intervient, parce que… en appliquant l’auto-pardon, vous devez être auto-honnête avec vous du point de vue de prendre ce point d’auto-responsabilité pour ce que vous avez accepté et permis. Et avec l’auto-responsabilité, c’est là que l’auto-pardon intervient, parce que vous prenez l’auto-responsabilité de vous d’être auto-honnête avec vous en tant que vous-même dans ce moment. Et de réellement comprendre et voir, vous savez, ce que vous avez fait et êtes devenu. Car… j’ai réalisé que ce n’est pas que ça s’en va. Ca ne s’en va pas : vous êtes toujours avec vous, avec tout de vous. Mais là où la différence intervient en appliquant l’auto-pardon de concert avec l’auto-honnêteté sur chaque point à chaque moment, c’est que : « Je ne le ferais plus jamais. Je n’accepterai et ne me permettrai pas de participer dans de tels horrifiques… desseins, placements, constructions, perceptions, idées de moi une fois encore. » Je ne le ferai pas parce que moi dans ce moment me suis levé en moi, j’ai pris la responsabilité de moi, j’ai appliqué un auto-pardon efficace pour moi, j’ai été auto-honnêteté dans ce moment pour moi, en tant que moi – et cela tient, cela reste avec vous, en tant que vous, de manière ABSOLUE.

C’est de là que ma certitude de moi a originé. De moi réalisant pour moi-même qu’en appliquant mon auto-pardon efficacement dans une absolue auto-honnêteté, en cela prenant l’auto-responsabilité de moi : Je ne le ferai plus. Et je traverserai tout ce que j’ai accepté et permis en sachant – en ETANT – l’existence de moi même de ne pas participer en de telles applications horrifiques – parce qu’elles sont horrifiques : l’esprit que nous avons créé est horrifique.

Très bien, c’est Ed. Nous avons 9 minutes au chrono donc merci beaucoup… d’être ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :